Mon animal, mon complice, mon compagnon d’une vie

Quand j’ai déménagé pour prendre mon indépendance, je me suis sentie très vite fière de moi, mais aussi très vite seule. Le cocon familial m’a vite manqué, et plus les jours passaient, plus le calme de mon nouveau chez-moi me dérangeait en rentrant le soir.

« Prends un chien ! », voilà ce que me répétait souvent familles et amis. Mais après avoir souvent décliné cette proposition, je me suis mise à y réfléchir sérieusement. Et puis, j’ai craqué !

Un choix qui demande des responsabilités

En fervente pro-Brigitte Bardot, je savais que prendre un chien chez moi, ce n’était pas un geste à prendre à la légère. D’ailleurs, c’est la principale raison qui faisait que j’hésitais : est-ce que j’étais vraiment capable de m’en occuper convenablement ? Avec mes études, je peinais à trouver du temps pour m’occuper de moi-même ! Sans parler de l’investissement conséquent pour lui assurer un confort.

Mais finalement, c’est avec (beaucoup) d’organisation et de rigueur que j’ai réussi à trouver un rythme et un mode de vie adéquats. C’est donc remplie de bonnes intentions que j’ai finalement fait mon premier pas dans un chenil. Quand j’ai vu la petite tête de ce chiot, j’ai su que j’avais fait le bon choix.

Pumba, 2 ans, heureux et foufou

Aujourd’hui, Pumba respire la joie de vivre et fait mon bonheur. Nous partageons des moments d’une complicité que je n’aurai jamais soupçonnée. Si choisir un chien ne doit survenir qu’après avoir réfléchi,  votre animal de compagnie ne vous fera pas regretter votre choix.

Laisser un commentaire